UA-61961322-1

L’article de la semaine dernière étant déjà bien long, j’ai préféré le scinder en deux et vous livrer aujourd’hui les précisions sur cet arrêté de classement. Je vous parlerai du périmètre de classement : comment intégrer (ou non) les BIT, l’intérêt du guide méthodologique notamment pour le savant calcul des heures d’ouverture et l’articulation entre classement et Qualité Tourisme.

Quel périmètre est pris en compte pour le classement ?

Examen a minima sur le bureau principal (celui qui a la plus forte affluence) des critères 1 à 7 et 9. Le reste est examiné sur le bureau administratif (back-office).

Pour la catégorie I, d’autres BIT peuvent être inclus dans le périmètre d’examen notamment en cas de présence d’une station classée de tourisme. En effet, le BIT présent sur une station classée de tourisme doit répondre à l’ensemble des critères, sinon, la commune ne peut plus prétendre à son classement.

Le guide méthodologique rédigé par la DGE apporte des précisions notamment pour le calcul des heures d’ouverture : le hors-les-murs peut être pris en compte s’il ne se chevauche pas avec la période d’ouverture du bureau et le nombre d’ETP minimum dans l’équipe. Plus de précisions, ici !

Articulation classement et Qualité Tourisme.

Il est toujours nécessaire d’être classé pour obtenir la marque Qualité Tourisme. Toutefois, le système s’est assoupli. Un Office de Tourisme non marqué qui souhaite obtenir directement le classement en Catégorie I pourra obtenir l’usage de la marque sous réserve d’obtenir son classement en Catégorie I dans les 6 mois ! Finis, les classements en Catégorie II pour quelques mois, le temps de passer la marque et surtout quel gain de temps car un seul dossier est à produire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.