L’entretien régulier de ses gîtes : une évidence ?

Je fais partie des personnes qui ont de la chance de pouvoir partir en vacances et je les prépare à l’avance. Non, nous ne sommes pas une famille nombreuse avec des exigences en termes de capacité rares à trouver mais nous aimons être confortablement installés dans notre hébergement de vacances. Je suis de ces 87% de Français* qui choisissent leur destination de vacances en fonction de la qualité de l’hébergement. Pour rappel, la qualité de l’hébergement se classe en 2e position (juste derrière les paysages) dans les critères de choix de la destination de vacances des Français.

Le choix de l'hébergement

Voilà pourquoi afin d’avoir le choix, nous réservons notre hébergement plusieurs mois avant nos vacances. Déformation professionnelle oblige, je commence par consulter le site internet de l’Office de Tourisme de la destination puis je conforte avec le site de l’établissement. Cela me garantissait, jusqu’à maintenant, la qualité de l’hébergement.

J’ai donc appliqué cette méthode en 2022.

  • Choix de la destination
  • Choix de l’hébergement

Le choix du lieu de vacances s’est porté sur une destination « de proximité » notamment en raison du coût du carburant. Nous n’avons pas eu besoin de réfléchir très longtemps.
La besogne s’est corsée quand il a fallu chercher l’hébergement. Peu d’hébergements semblaient à notre goût et répondant à nos exigences de confort (minimum 3*). Nous sommes donc confortés dans notre façon de faire : heureusement que nous nous attelons à la tâche à l’avance !

Un hébergement classé 3* attire notre attention par les visuels présents sur le site de l’office de tourisme. Par chance, il dispose d’un site internet propre. La consultation du site est très agréable : de belles photographies, des textes bien rédigés, un site très ergonomique. Il nous renvoie une image professionnelle et agréable du lieu. Nous prenons contact directement avec le propriétaire car le calendrier de réservation pour le mois d’août, disponible sur le site internet n’est pas encore ouvert. Chouette, le gîte est disponible. Nous réglons l’acompte à la réservation. Nous allons passer de bonnes vacances.

Vive les vacances !

Les semaines passent, et comme toute chose arrive à point à qui sait attendre, les vacances sont là ! Quelle joie. Je ne sais pas pourquoi ce temps de détente et de repos est toujours le bienvenu 😉

Le jour J, nous voilà partis, pas de bonne heure puisque nous n’étions qu’à 2h30 de route de la maison. Entre nous, avoir peu de route à faire pour partir en vacances, c’est le pied !

Nous arrivons au village et suivons les indications de Google Maps.

Surprises...

  • Nous sommes surpris de voir que notre gîte se trouve en bord de route nationale. Il était pourtant bien stipulé que c’était un lieu de ressourcement, au calme. Soit. Attendons d’être installés
  • 2 places de parking sont réservées pour les clients des gîtes. Nous stationnons. Deuxième surprise : face à nous au fond du jardin de notre gîte, un tas de branches et autres déchets prêts à partir à la déchetterie mais il semblerait qu’ils n’aient jamais trouvé le chemin de la déchetterie

Nous sommes accueillis par le propriétaire qui nous ouvre le gîte, qui s’assure que nous avions bien réservé le linge de lit et le linge de toilette et nous demande si nous souhaitons des conseils en randonnées. Nous acquiesçons. Quelle chance Monsieur est accompagnateur en montagne. Il nous sort les cartes et nous décrit quelques randonnées correspondant à nos souhaits. Nous lui demandons où nous pouvons dîner : peu d’offres et en plus nous n’avons pas réservé. (Prévenir ses clients, la veille, avec les dernières recommandations d’usage, sur le manque d’offres et la nécessité de réserver en saison ne fait-il pas partie de l’accueil client ?). Je vous passe les détails sur la quête d’un restaurant.

... et déception

Nous déchargeons la voiture. Rapidement, nous faisons, en même temps, le même constat : nous sommes déçus. Vous savez la première impression quand vous rentrez dans un hôtel ou autre hébergement touristique, vous ne savez pas pourquoi mais vous savez tout de suite, si votre séjour va bien se passer ou non. Bref, nous sommes déçus.

  • Nous avions en tête, un lieu d’allure plutôt contemporain. Nous sommes dans un studio avec des meubles en bois marron foncé.
  • Nous avions commandé le linge de lit : les lits ne sont pas faits. La parure est posée sur le lit.
  • Nous levons la tête. Du linge de lit (propre ?) est jeté dans une petite mezzanine, mezzanine accessible avec une échelle de chantier… toujours en place.
  • On regarde les meubles de cuisine (en hauteur) : découverte incongrue ! Les archives de la société y sont entreposées… Pourquoi pas ? Mais ne serait-il pas judicieux de bloquer l’ouverture de ces placards aux clients ?
  • La plaque de cuisson est à gaz. Une source de chaleur est nécessaire pour la mettre en fonctionnement. Une boîte d’allumettes (bien abîmée) avec 2 allumettes est à disposition (pour une semaine) et un briquet. Ne serait-il pas plus simple et professionnel de fournir un allume-gaz flexible ? 

Nous aurions pu, pour une semaine, nous accommoder de cela même si l’image du lieu aurait été déjà bien impactée.

L'entretien du gîte laisse vraiment à désirer

Mais nos découvertes ne s’arrêtent pas là. Plus nous prenons possession des lieux (à tâtons car méfiants), plus nous constatons que cette négligence apparente concerne aussi le ménage

  • Des toiles d’araignée à chaque coin de plafond dans la pièce principale, autour des tableaux (dessus, dessous), dans le pot à ustensiles de cuisine, en bas du mur de la cuisine (sous le mini-four), dans la salle de bains (plafond, collées derrière la porte avec cheveux dedans, sous le meuble de salle de bains), les encadrements de fenêtres et porte à l’extérieur. Bref, nous habitons à la campagne et savons combien ces petites bêtes tissent leur toile à la vitesse grand V mais si le ménage a été fait la veille (avant l’arrivée des clients), il n’y en a quand même pas partout !
  • La vaisselle n’était pas propre
  • Les fenêtres sont équipées de moustiquaires – plutôt une bonne chose – mais des insectes morts gisent entre la fenêtre et la moustiquaire
  • Des taches non identifiées sur le radiateur. Nous pensons d’abord à des taches de rouille mais nous nous rendons compte qu’elles disparaissaient au passage d’une éponge…
  • Le plan de travail de la cuisine est collant
  • Les joints de douche sont moisis et l’odeur de moisissure quand le rideau de douche est mouillé est très inconfortable

Notre seuil de tolérance est atteint : nous prenons la décision de partir.

Comment tirer les bonnes leçons de cette situation ?

Cette publication n’est pas des plus joyeuses et réjouissantes, je partage habituellement plutôt des satisfactions. Etant de la partie, cette situation m’a beaucoup fait cogiter. En tant qu’adepte de l’amélioration continue, ma première question a été :

  • Si je pense à moi : comment ne pas me refaire « avoir » ? je n’ai pas trouvé la réponse
  • Comment aider les propriétaires à sortir de cet engrenage ? j’ai fait le constat avec la propriétaire et averti l’OT dont c’était le partenaire et l’OT est organisme agréé pour le classement
  • Comment aider l’OT à remédier à la situation ? j’ai déposé une réclamation. Malheureusement, l’office de tourisme n’a pas su s’en emparer. Après plusieurs relances et au bout de 5 semaines, j’ai obtenu une réponse, selon moi insatisfaisante. Un rendez-vous avec le propriétaire va seulement être pris

A mon grand étonnement, et probablement parce que l’accompagnement des propriétaires de gîtes fait partie de mes activités, je me suis dit : « Punaise, Ça arrive encore en 2022 ! ». C’était impensable…

Mon analyse

Et, dans le même temps, cela a conforté mes constats :

  • Cette activité d’accompagnement des porteurs de projet en création de gites n’est pas inutile. Il est indispensable de sensibiliser les propriétaires sur le fait que cette activité prend du temps, si on veut bien la faire, qu’une relation client de qualité est indispensable et qu’il faut s’accrocher pour rester dans la durée. Bien penser son projet dès le début, connaître les contraintes, les écueils. Bref, se préparer ! Pour en savoir plus sur mes formules d’accompagnement
  • Le rôle des Offices de Tourisme dans leur mission d’accompagnement des acteurs du territoire fait vraiment partie des missions n°1 : au-delà d’aller chercher une adhésion (ou un partenariat) chaque année, le suivi individuel est primordial. L’Office de Tourisme n’aurait pas dû découvrir la situation quand je la lui ai présentée. Les photos sur leur site internet et brochures auraient dû être changées depuis le réaménagement du studio…
  • En tant aussi qu’inspectrice de classement Atout France, forcément, je me suis aussi remise en question. Je ne remets pas en cause la qualité de la visite de classement de ce gîte qui valait sûrement les 3* le jour de la visite. Ne doit-on pas plutôt s’interroger sur la durée de validité du classement pour les meublés de tourisme qui est de 5 ans ? Difficile de faire changer des règles fixées par l’Etat. Mais avec un suivi régulier de la part de l’Office de Tourisme ne serait-il pas possible de remédier en partie, à ce type de situation ?

Des enjeux indéniables

Bien sûr, qu’un suivi individuel de ses acteurs (en tous cas de ceux dont l’Office de Tourisme fait la promotion) prend du temps, beaucoup de temps. Mais ne dit-on pas « le temps, c’est de l’argent » ? Le client peut rechercher un hébergement touristique via de très nombreux sites. Ne pourrait-on pas imaginer que dans le cadre de l’obligation de conseil personnalisé, l’Office de Tourisme n’affiche que les hébergements pour lesquels il est certain de la qualité, sur son site internet ? Sa valeur ajoutée ne serait-elle pas là ? 

Dans son rôle d’accompagnement, l’Office de Tourisme et la destination ont énormément à gagner.

La preuve ? N’ayant pas trouvé de plan B en plein mois d’août sur cette destination… Nous n’avons pas hésité 1 minute à partir sur une autre destination similaire (et donc concurrente)

*Etude Raffour  Le choix des destinations et les budgets – Baromètre RI 2017

4 réflexions sur “L’entretien régulier de ses gîtes : une évidence ?”

  1. Aux Domaines d'Automne

    Je loue des gîtes depuis presque un an maintenant. J’ai apprécié de votre « post ». Certainement que votre expertise nous serait utile ici.
    J’ai pris note de quelques points qui me semblent judicieux.
    Merci..
    Cordialement.
    Yannick.

  2. Bonjour Yannick
    Toutes mes excuses pour le retard de réponse.
    Je vous remercie pour ce commentaire et suis ravie que vous appréciez cet article de blog ! Je reste bien entendu à votre disposition pour toutes questions sur votre projet ! Bien à vous, Sophie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.